Qu’est-ce qu’une « prophétie auto-réalisatrice » ? Y a-t-il un livre qui explique cette notion ?

couverture du livre La sociologie de Robert K. MertonNotre réponse du 10/11/2017

Robert K. Merton est à l’origine de cette notion de prophétie auto-réalisatrice :

Robert K. Merton (1910-2003) est une figure majeure de la sociologie étasunienne du XXe siècle. Durant sa carrière, il a contribué à de nombreux domaines de la sociologie (théorie, méthodologie, sociologie de la connaissance, des professions, des organisations, etc.), fondé la sociologie de la science, et marqué de son influence l’histoire de la discipline aux États-Unis, entre Harvard et Columbia University, ainsi que dans les pays où sa parole a porté. Si son nom reste attaché au courant « fonctionnaliste », dominant dans les années 1950-1960, il est également associé à des idées clés de la sociologie (« prophétie auto-réalisatrice », « théorie de moyenne portée », ethos de la science, etc.). Cet ouvrage offre une vue d’ensemble de l’œuvre de Merton. Les notions, les différents fronts de recherche et les centres d’intérêt scientifiques de l’auteur sont présentés. Ils le sont d’une façon dynamique, par la mise en perspective d’une démarche de connaissance, d’un « éclectisme discipliné », situé dans des contextes intellectuels. (4e de couverture du livre ci-dessous)

Voici un ouvrage sur cet auteur
La sociologie de Robert K. Merton
Cet ouvrage propose une vue d’ensemble de l’œuvre de R.K. Merton (1910-2003), figure majeure de la sociologie du XXe siècle. Les notions, les différents fronts de recherche et les centres d’intérêt scientifiques de l’auteur sont présentés. En suivant pas à pas la formation de la sociologie de Merton, c’est plus globalement un pan de l’histoire de la sociologie qui réapparaît.
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1159689%3B5%3B0

Cette notion est utilisée en économie, en psychologie…
Un article de la Tribune, « Du bon usage des prophéties autoréalisatrices » Par Sophie Péters | 22/09/2011

Voir aussi ce commentaire et cette définition sur un blog de spinozistes vivrespinoza.com : Spinoza, théorème de Thomas, prophétie auto-réalisatrice, effet Pygmalion et répétition des conduites d’échec 

La prophétie autoréalisatrice est un fait qui, bien que ne devant pas se réaliser, devient vrai parce que les individus croient qu’il va advenir : c’est, au début, une définition fausse de la situation qui provoque un comportement qui fait que cette définition initialement fausse devient vraie.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 4 fois dont 1 fois aujourd'hui

Comment puis-je approfondir mes connaissances concernant le formalisme en philosophie ?

couverture du livre Logique contemporaine et formalisationNotre réponse du 17/10/2017

Vous souhaitez vous informer sur le formalisme. Vous pouvez dans un premier temps consulter l’article Formalisme de l’Encyclopaedia universalis :

Étienne BALIBAR, Pierre MACHEREY, « FORMALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme/

ou celui du Dictionnaire de la philosophie (ed. Encyclopaedia universalis et Albin Michel, 2006) p. 791

ou bien encore « La philosophie et le formalisme » dans l’Encyclopédie philosophique universelle, vol. IV, PUF 1998

Voici une sélection d’ouvrages sur ce sujet. Ecrits par des spécialistes, de différents niveaux, ils devraient vous permettre de faire un point assez complet :

La logique et son histoire d’Aristote à Russell
Robert Blanché et Jacques Dubucs
Editions Armand Colin, 1996

Le formalisme en question : le tournant des années trente
Frédéric Nef et Denis Venant
Editions Vrin, 1998

Logique contemporaine et formalisation
Roger Martin
Presses Universitaires de France, 1961

Méthode axiomatique et formalisme : essai sur le problème du fondement des mathématiques
Jean Cavaillès
Editions Herman, 1981

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 11 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je cherche une frise chronologique ou modèle équivalent retraçant les grands courants philosophiques et leurs auteurs phares.

Platon et Aristote par Raphaël

Platon et Aristote par Raphaël [Domaine public]

Pouvez-vous m’aider ?

Notre réponse du 17/10/2017

Vous recherchez une frise permettant de retracer l’histoire des grands courants philosophiques.
Stéphane Vendé, interlocuteur académique pour le numérique pour la Vendée, a produit une frise (timeline) dont la qualité est reconnue (en particulier par sa reprise sur de nombreux sites d’académies)
Vous pouvez la consulter sur cette page : Les philosophes dans l’histoire

Chaque philosophe dispose
– d’une courte biographie
– d’une présentation rapide de sa pensée
– d’une sélection de liens pour en savoir plus
– d’illustrations audio et vidéo

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 29 fois dont 1 fois aujourd'hui

Qui sont les grands philosophes qui ont pensé le concept de désespoir ?

Portrait au crayon de Kierkegaard vers 1840

By Neils Christian, Kierkegaard [Public domain], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 18/09/2017

Vous souhaitez connaître les noms des philosophes connus qui ont travaillé sur le désespoir.

– Soren Kierkegaard, avec notamment son Traité du désespoir
A la Bpi : http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1136807%3B5%3B0

– Kant, avec Fondements de la métaphysique des moeurs
A la Bpi http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=326421%3B5%3B0
et sur Gallica la 3e édition 

– Emil Cioran, avec Sur les cimes du désespoir
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1060982%3B5%3B0
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=596397%3B5%3B0

– Plus proche de nous, André Comte-Sponville, avec Traité du désespoir et de la béatitude
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=28778%3B5%3B0

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 18 fois dont 1 fois aujourd'hui

Après avoir lu Sapiens de Yuval Noah Harari, j’ai appris les fondements de la pensée bouddhiste et cela a éveillé ma curiosité…

Photographie de Bouddha assis dans la verdure

CC0 Public Domain, via Pixabay

Ainsi, que pourrez vous me conseiller (livres ou autres supports) pour découvrir l’histoire, les valeurs… et comprendre cette religion/idéologie ?

Notre réponse du 16/08/2017

Afin de vous répondre, j’ai lu l’article suivant de Télérama sur le livre Sapiens, l’homme qui se racontait des histoires de Yuval Noah Harari, dont je copie la conclusion ci-dessous
Sapiens, l’homme qui se racontait des histoires Weronika Zarachowicz Publié le 15/09/2015.

Des visions alternatives existent-elles ?
Pas vraiment. Les fondamentalismes religieux, aujourd’hui en plein essor, ne comprennent pas ces avancées technologiques et ne répondent pas aux nouveaux problèmes qui en sont issus. Ni la Bible, ni le Coran, ni la Torah ne peuvent leur apporter de réponses – ces textes sont tellement antérieurs à la génétique ! Le retour du religieux est un contrecoup comparable à ce que nous avons vécu au XIXe siècle, lors de la révolution industrielle, et qui a fait long feu faute d’offrir une alternative. En revanche, philosophes, artistes, intellectuels devraient urgemment s’emparer de ces questions et tenter de formuler des contre-propositions aux visions des Facebook, Google ou IBM. Mais, pour cela, ils vont devoir se saisir des questions génétiques, technologiques.

Pour commencer, je vous suggère de lire les articles suivants de l’Encyclopaedia universalis
André BAREAU, « BOUDDHISME – Vue d’ensemble », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-vue-d-ensemble/

Heinz BECHERT, « BOUDDHISME (Histoire) – Le renouveau contemporain », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-le-renouveau-contemporain/

Quelques livres

Bouddhisme et Philosophie, L’Harmattan, Théoria, 2009

Dictionnaire Encyclopédique du Bouddhisme Cornu Ph., (2001), Paris, Seuil, Nouvelle édition augmentée 2006.

Les philosophies bouddhistes
Guillon, Emmanuel, Editeur PUF, 1997 collection Que-sais-je ?
Résumé Le bouddhisme a plus de 2500 ans d’histoire. Aussi la plupart des textes auxquels se sont référés tous les courants jusqu’à aujourd’hui ont-ils été rédigés à l’origine en sanskrit. Il s’agit toujours d’une approche conceptuelle, buissonnante, argumentée, constituant l’un des plus formidables corpus de philosophie que l’humanité ait jamais constitué.

Quel bouddhisme pour l’Occident ?, F. MIDAL,Seuil, Paris, 2006
Jacques Brosse a pu écrire qu’un « vrai bouddhiste est de toute nécessité un écologiste » (Ecologie et spiritualité, Albin Michel, 2002).

Articles et conférences

pour creuser la piste d’une réflexion bouddhiste sur l’avenir de la planète :

Bouddhisme et écologie sur Phalanstère.fr

Climat et écologie, quelques pistes de réflexion bouddhistes… Sur le site Méditations Zen.org 

Ecologie : les « limites planétaires » Du danger de franchir les limites écologiques de la planète, Par Matthieu Ricard sur son site le 28 octobre 2011

Toujours sur le site de Matthieu Ricard, une liste d’articles sur le bouddhisme

Les questions posées par l’avenir de la terre sont débattues au sein du G R I C E Groupe de Réflexion Interdisciplinaire sur la Crise Écologique.

Une conférence sur youtube https://www.youtube.com/watch?v=w_4OZH9-Fbg
GRICE – Philippe Cornu : Bouddhisme et écologie
Philippe Cornu, orientaliste, (UCL/Institut bouddhique européen), explicite l’apport de la tradition bouddhiste pour penser l’écologie. En effet, cette tradition religieuse est porteuse d’une vision de la nature qui tranche avec la vision moderne voire occidentale de la nature, qu’il s’agirait de prendre au sérieux. D’autre part, le travail encouragé par le bouddhisme sur l’esprit humain, notamment la transformation de la volonté d’accaparement du réel et du désir de possession, permet de penser les racines individuelles de la crise écologique. L’issue d’une telle crise, dans la perspective bouddhiste, doit inévitablement passer par la transformation individuelle.
Ou http://grice.quelfutur.org/Bouddhisme-et-ecologie

J’espère avoir pu vous apporter quelques pistes, n’hésitez pas à revenir vers moi si cela ne convenait pas.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 30 fois dont 1 fois aujourd'hui

D’où vient le concept de « liberté »?

couverture du livre Qu'est-ce que la liberté ?Notre réponse du 25/07/2017

Le concept de liberté est une question courante en philosophie. Elle n’en demeure pas moins difficile et vaste.
C’est pourquoi, je vous propose tout d’abord de lire un extrait d’un article de Paul RICŒUR, notamment son introduction, sur la « LIBERTÉ », dans l’Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juillet 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte/

« La question de la liberté peut être abordée à trois niveaux différents, dont chacun fait appel à un type propre de discours.

A un premier niveau, celui du langage ordinaire, « libre » est un adjectif qui caractérise certaines actions humaines présentant des traits remarquables : ce sont des actions intentionnelles ou faites dans une certaine intention ; on les explique par des motifs, en donnant à ce mot le sens de « raison d’agir » plutôt que celui de « cause » ; on les assigne à un agent responsable, etc. Dire qu’une action est « libre », c’est donc prescrire de la placer dans la catégorie des actions qui présentent ces traits remarquables et, du même coup, exclure qu’on la place dans la catégorie des actions présentant des traits contraires, par exemple qu’elles soient faites par contrainte. L’expression « libre » fait alors partie d’un univers du discours où l’on rencontre des mots tels que : « projet », « motif », « décision », « raison d’agir », « auteur responsable », etc. ; définir le mot « libre », c’est ainsi le relier à tout ce réseau de notions où chacune renvoie à toutes les autres.

À un deuxième niveau, celui de la réflexion morale et politique, la liberté n’est plus seulement un caractère qui distingue certaines actions d’autres actions connues pour non libres : le mot désigne une tâche, une exigence, une valeur, bref quelque chose qui doit être et qui n’est pas encore ; réfléchir sur la liberté, c’est réfléchir sur les conditions de sa réalisation dans la vie humaine, dans l’histoire, au plan des institutions.
C’est dans une autre sorte de discours philosophique que la question de la valeur de liberté peut être articulée ; ce discours ne consiste plus à décrire la classe des actions tenues pour libres par le langage ordinaire ; il prescrit le chemin même de la libération. Dès lors le mot même de « liberté » figure et fonctionne dans un réseau différent du précédent ; on y rencontre des expressions telles que : « norme », « loi », « institution », « pouvoir politique », etc. Replacé dans ce nouveau contexte, le mot « liberté » se rencontre volontiers au pluriel : on parlera des « libertés » : civiles, politiques, économiques, sociales. Par ces libertés on entendra moins le pouvoir de faire ou de ne pas faire – comme c’est le cas dans le premier discours – qu’un certain nombre de droits de faire, qui n’existent que s’ils sont reconnus
par les autres et instaurés dans des institutions de caractère économique, social, politique.

À un troisième niveau, celui de la philosophie fondamentale, le discours sur la liberté procède d’une question : comment la réalité dans son ensemble doit-elle être constituée pour qu’il y ait dans son sein quelque chose comme la liberté ? Cette question unique peut être formulée d’une manière double, si on la rapproche des deux précédentes investigations : qu’est-ce que la réalité pour que l’homme y soit un agent, c’est-à-dire l’auteur
de ses actes, tel que le premier discours l’aura décrit ?
Et qu’est-ce que la réalité pour que soit possible une entreprise morale et politique de libération, telle que le second discours l’aura prescrite ? Cette question – simple ou double – est, au sens propre du mot, une question ontologique, c’est-à-dire une question sur l’être de la liberté. Elle place le mot « liberté » dans un autre champ de notions, où l’on rencontre des expressions telles que « causalité », « nécessité », « déterminisme », « contingence », « possibilité », etc., qui toutes concernent des modes d’être. Placer la liberté parmi des modes d’être, voilà la tâche de ce troisième discours. » […]

Le Dictionnaire culturel en langue française (Alain Rey, dir), ed Le Robert, 2005 consacre une entrée de 4 pages à ce terme, je vous copie le paragraphe sur l’origine du concept :

 L’origine du concept est juridique et politique, non métaphysique. L’homme libre dans la cité antique, c’est celui qui n’est pas esclave. En grec eleutheros s’oppose à doulos comme, en latin, liber est opposé à servus. S’il existe des incertitudes sur la communauté de racine indo-européenne entre eleuthros et liber, il n’y en a pas sur un plan sémantique. C’est son statut qui définit l’homme libre ; il le détient par la souche dont il est issu. Ainsi, le mot latin liberi désigne les enfants non point en fonction de leur âge mais en considération de leur condition sociale : le fait d’être né d’une mère « libre ».
Par ailleurs, à Athènes comme à Rome, la liberté a immédiatement une double portée, individuelle et collective. Il n’y a d’homme libre que dans une société libre…

Je vous propose aussi des références d’ouvrages qui pourront vous aider à développer ce concept :
Qu’est-ce que la liberté ?
Robert Misrahi A. Colin
Niveau 2 – Philo, psycho, religions 17.022 MIS

Histoire de la philosophie politique. Tome 1, La liberté des anciens
Alain Renaut Calmann-Lévy 1999
La philosophie politique dans l’Antiquité et dans les traditions juive, chrétienne et musulmane.
Niveau 2 – Droit, économie, sc. Sociales 320(091) HIS

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 51 fois dont 1 fois aujourd'hui

Dans le cadre de mon mémoire, je recherche des références sur « la philosophie éducative en islam », pourriez-vous m’en proposer, svp ?

Photographie de la statue d'Ibn Khaldoun (Tunis)

Statue d’Ibn Khaldoun, Tunis. By AksilTigre [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 03/07/2017

Nous comprenons que vous cherchez des ouvrages qui répondraient à la question « Comment les philosophes arabo-musulmans ont théorisé la question de l’éducation en Islam ? ».

1) Voici une sélection d’auteurs arabo-musulmans ayant abordé la question de l’éducation dans le cadre des valeurs culturelles ou spirituelles de l’Islam :

– Miskawayh : Traité d’ éthique = Tahdīb al- ahlāq wa tathīr al- a`rāq / trad. française avec introd. et notes par Mohamed Arkoun,…
Publication : Damas : Institut français de Damas , 1969
Description : XXXII-359 p. ; 25 cm
Lien notice catalogue BIMA 
Voir aussi le Commentaire de cet ouvrage par Nadia Gamal al-Din dans les Cahiers de l’Islam (article publié le 13 janvier 2014)

– Ibn Sina (Avicenne)

– Ibn Khaldoun

– Al-Ghazali

2) Etudes sur les relations entre Education et Islam dans la civilisation arabo-musulmane :

– La place de l’éducation dans l’histoire de l’Islam, une présentation générale publiée sur le site Albidar.com le 05/05/2013

– Education et Islam / Mohammed Chérif, publié sur le site de la Fondation pour l’innovation politique (02 mars 2015)
En ligne (format pdf) 

– La conception avicennienne de l’éducation / Abdel Rahman Al-Naqib
Article paru sous le titre « Avicenne (Ibn Sina) », dans Perspectives: revue trimestrielle d’éducation comparée (Paris, UNESCO: Bureau international d’éducation), vol. XXIII, n° 1-2, 1993, p. 51-68.
En ligne 

– Ibn Khaldûn (732 H/1332 – 808 H/1406) : la philosophie de l’éducation / par Abdesselam Cheddadi
tiré de Perspectives : revue trimestrielle d’éducation comparée, Paris, UNESCO : Bureau international d’éducation, vol. XXIV, n° 1-2, 1994, p. 7-20. 
En ligne sur le site Les Cahiers de l’Islam (publié le 30 mars 2014)

– The Ideal Education in Ibn Khaldun’s Muqaddimah / Basma Ahmad Sedki Dajani
Texte intégral en ligne (format pdf) 

– Al-Ghazali (1058-1111) / Mohamed Nabil Nofal, notamment la partie sur les « principes et buts de l’éducation » 
Document PDF en ligne

– Bibliographie systématique sur l’éducation islamique / A. Belambri
Bien que datant de 1988 cette bibliographie publiée par l’Unesco reste très utile (références en arabe et en langues occidentales), notamment P.9 « Théories islamiques de l’éducation » et p. 14 « Institutions éducatives islamiques »
Disponible en ligne (format PDF)

Vous pouvez également consulter le site de l’Isesco (organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture), équivalent arabe de l’Unesco.

Par ailleurs, nous vous proposons ces résultats trouvés en recherche par mots-clés au sein du Sudoc (catalogue des bibliothèques universitaires) :
– Pour Islam* et éducation * (voir la page de recherche).
– Pour enseignement traditionnel* et Islam* (voir la page de recherche).
– Pour enseignement traditionnel*, éducation* et Islam* (voir la page de recherche).

Enfin, nous vous recommandons de vous reporter à L’Encyclopédie de l’Islam. Les articles Education (renvoi Tadrīs)TarbiyyaMadrasa ou encore Kuttāb peuvent en premier lieu vous intéresser. Ils sont tous partiellement disponibles en ligne (la consultation complète étant payante). La version imprimée de l’Encyclopédie de l’Islam est consultable sur place à la bibliothèque.

Eurêkoi – Bibliothèque de l’Institut du monde arabe

Date de création: 04/07/2017 13:54     Mis à jour: 04/07/2017 16:46
 
Cette question-réponse a été vue 28 fois dont 1 fois aujourd'hui

La disparition de l’humanité en philosophie ?

couverture du livre Après la fin du monde(Je travaille sur la disparition de l’humanité à cause de la fonte des glaces, des engloutissements de certaines cités, et des mythes qui en découlent)

Notre réponse du 13/03/2017

Voici une petite sélection d’ouvrages qui vous aidera à éclaircir cette interrogation.

1) Après la fin du monde
Critique de la raison apocalyptique

Notre temps est, dit-on, celui des catastrophes. Face aux crises sanitaires, écologiques ou à la menace nucléaire, la croyance dans le progrès a cédé la place à l’angoisse. Cette résurgence des thèmes apocalyptiques est plus qu’un symptôme. La dissolution moderne des hiérarchies traditionnelles a provoqué une nouvelle inquiétude : devoir vivre « après la fin du monde ».
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1119886%3B5%3B0

2) La fin de l’humanité
Pour C. Godin, il ne faut pas parler d’une disparition de l’humanité, de surpopulation, de catastrophe ou d’apocalypse, mais d’une extinction irréversible : désintérêt et désinvestissement de soi font que l’Homme n’aura dans quelques siècles plus de volonté de continuer.
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=524637%3B5%3B0

3) La fin dans le monde
Essai philosophique consacré à la fin, but poursuivi (telos) et achèvement
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=927730%3B5%3B0

4) Le temps de la fin
Le bombardement d’Hiroshima a infléchi de manière décisive la pensée de cet ancien élève d’Heidegger : il se met alors à réfléchir sur l’enjeu planétaire de toute politique. Ce texte, écrit en 1960, souligne ce qu’implique pour les citoyens du monde le fait de vivre dans une époque où la fin du monde peut être provoquée chaque jour.
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=752138%3B5%3B0

La fin du monde et de l’humanité : essai de généalogie du discours écologique
Analyse du discours écologique en le comparant à tous ceux qui annoncent et représentent la fin du monde et de l’humanité. ©Electre 2014
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1245088%3B5%3B0

Dans d’autres bibliothèques :
Entretiens sur la fin des temps
Jean-Claude Carrière, Jean Delumeau, Umberto Eco,… [et al.] ;
réalisés par Catherine David, Frédéric Lenoir et Jean-Philippe de Tonnac
Que penser de la coïncidence entre la montée des périls planétaires et l’approche de l’an 2000 ? Comment l’Occident chrétien a-t-il fait face par le passé à l’annonce répétée de la fin du monde ? De quelle façon les différentes religions envisagent-elles ce terme ?
Que disent la science et la philosophie sur le temps, la fin du temps, la fin des temps ?
Quatre grands témoins de nos tourments contemporains se penchent sur les différentes significations, religieuses et profanes, de l’idée de fin des temps, et réfléchissent ensemble, avec science, humour et lucidité, aux défis que nous lance déjà le prochain millénaire. ©Fayard
Disponibilité : http://www.sudoc.fr/004525558

Articles :
« Pourquoi les civilisations meurent-elles ? »
Esty Amos, Les Grands Dossiers des Sciences Humaines, 1/2009 (N°13), p. 4-4.
URL : http://www.cairn.info/magazine-les-grands-dossiers-des-sciences-humaines-2009-1-page-4.htm

« La  » fin du monde  » : une métaphore pour le présent ? »
Foessel Michaël, , Esprit, 10/2012 (Octobre), p. 31-41. DOI : 10.3917/espri.1210.0031
URL : http://www.cairn.info/revue-esprit-2012-10-page-31.htm

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 29 fois dont 1 fois aujourd'hui

Existe-t-il une liste de conférenciers bilingues français – allemands spécialistes du philosophe Heidegger ?

Portrait photographique d'Heidegger en 1960

By Willy Pragher (Landesarchiv Baden-Württenberg) [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Réponse apportée par Eurekoi Strasbourg le 21 février 2017

Vous êtes en quête d’intervenants en philosophie spécialistes d’Heidegger, bilingues français -allemand. S’il n’existe pas de listes de conférenciers à proprement parler, voici quelques renseignements que nos collègues bibliothécaires en charge du fonds « philosophie » peuvent vous apporter.

Tous les philosophes français qui ont travaillé sur Heidegger à priori sont bilingues français – allemand.

  • A Strasbourg, Jean-Luc Nancy (retraité) ou Jacob Rogozinski (en poste à l’université) seraient deux philosophes susceptibles d’intervenir sur le sujet.
    Pour les contacter, il faudrait soit s’adresser à leurs maisons d’édition respectives, soit à l’Université de Strasbourg et au département de philosophie en passant par la personne suivante : laurence.wendling@unistra.fr
Date de création: 02/03/2017 08:40     Mis à jour: 02/03/2017 14:47
Cette question-réponse a été vue 70 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je recherche des livres de philosophie sur « L’intime en photographie »

couverture du livre la sphère de l'intimeNotre réponse du 27/01/2017

Voici des références d’ouvrages de réflexion sur les liens entre photographie et intimité.
La photographie : l’intime et le public
Numéro hors-série de la revue Art-Press
Pour trouver cette revue en bibliothèque universitaire, cliquez sur ce lien (http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1/SRCH?IKT=12&TRM=074675257) puis sur l’onglet « Où trouver ce document ? »

Représenter l’intime par le médium photographique : une recherche sur le réveil et le quotidien contemporain
Christophe Wilwert
Mémoire de maîtrise , Arts plastiques, Metz, 2004
Plus d’informations : http://www.sudoc.fr/090321553

La sphère de l’intime
Printemps de Cahors
Actes-Sud, 1998
Plus d’informations : http://www.sudoc.fr/010839771

Une interrogation de la base Art and Architecture Source qui permet l’accès à plus de 750 revues et 220 livres en texte intégral.(abonnement Bpi) donne 10 résultats pour une recherche sujet = Intimacy + photography dont voici une sélection :

1) « A Radiant Eye Yearns from Me »: Figuring Documentary in the Photography of Nan Goldin. By: Ruddy, Sarah. Feminist Studies, Summer2009, Vol. 35 Issue 2, p347­380, 34p, 8 Color Photographs
Abstract: This essay focuses on the professional career and personal life of American photographer Nan Goldin. Goldin began taking photographs while attending high school in the 1960s, later focusing on taking images of her transgendered friends, eventually creating a changing slideshow shown in the East Village of New York City in the 1970s. She continued to take photographs of her friends when they had AIDS in the 1980s and 1990s. The essay considers aspects of intimacy, immediacy, and loss portrayed in Goldin’s works.; (AN44455823) Art & Architecture Source

2) Intimacy’s Awkward Beauty: Sarah Anne Johnson. By: Walsh, Meeka. Border Crossings, Jun­Aug2013, Vol. 32 Issue 2, p113­124, 12p
Abstract: The article discusses the work of the Canadian artist and photographer Sarah Anne Johnson. Particular focus is paid to the artist’s 2013 series titled « Intimacy’s Awkward Beauty, » which examines, via photographs of various couples and individuals, the idea of sexual intimacy. Several works from the series are pictured including « Long Arms, » « Scratches » and « Happy Bubble. »; (AN88156964)
Art & Architecture Source

3) Intimacy at Work: Nan Goldin and Rineke Dijkstra. By: Dean, Alison. History of Photography, May2015, Vol. 39 Issue 2, p177­193, 17p
Abstract: Contemporary photographers Rineke Dijkstra and Nan Goldin each seek intimacy through portrait making. Perhaps not surprisingly, their work is most frequently framed in terms of either empathy or voyeurism. Considering selections from Goldin’sThe Ballad of Sexual Dependencyand Dijkstra’s New Mothers photographs, this essay argues that instead of approaching the text critically through the lens of ‘voyeurism’, this work is best explored by focusing on the question of ‘intimacy’. This essay situates the notion of intimacy both theoretically and historically, considering the workings of intimacy and its relationship to the persistence of inside/outside binaries (most frequently applied in discussion of the dynamics of the photographer/subject relationship). Looking at the way intimacy is represented through the surfaces of skin and the pregnant or maternal body, this essay speaks to questions of intention and critical reception and considers the ways in which photographers, subjects, and
audiences engage with photographs as material objects. [ABSTRACT FROM PUBLISHER]; DOI: 10.1080/03087298.2015.1038109; (AN102989866)
Art & Architecture Source

4) Does Size Matter? By: Batchen, Geoffrey. Konsthistorisk Tidskrift, 2003, Vol. 72 Issue 4, p250­255, 6p
Abstract: The writer asks what has happened to the intimacy that used to exist between a viewer and a photograph, the intimacy of the photographic experience. Size seems to have something to do with it, he contends, for we are now in the era of the very big photograph; for example, Andreas Gursky’s photographs are partly about their own bigness, and to appreciate their grandly abstract versions of the world one must abandon any desire for an intimate relationship with the photograph itself. The
writer contends that larger photographs are distancing, literally pushing viewers back from the print as well as from the subjects. He maintains that in the challenge of producing an emotional exchange between photograph and observer, size matters, but skill matters more.; (AN 505043003)
Art & Architecture Source

5) Claire Stewart. / Photo essay British Journal of Photography, October
12 2005, Vol. 152, p42­43, 2p Abstract: A brief profile of emerging photographer Claire Stewart, an entrant in the 2005 BJP/Nikon Endframe Dream Project Challenge.; (AN 505159273)
Art & Architecture Source

Sur un spectre de pratiques artistiques plus large,
L’intime, le public, le privé dans l’art contemporain
sous la direction d’Eliane Chiron et Anaïs Lelièvre
Publications de la Sorbonne, 2012
Plus d’informations : http://www.sudoc.fr/16164015X

Notez que le Musée d’Orsay a consacrée une série de conférences à cette question en 2010 qui peut-être vous intéresseront également : http://www.musee-orsay.fr/fr/evenements/conferences/archives/presentation-generale/browse/4/article/la-photographie-de-lintime-25598.html?S=2&tx_ttnews%5BbackPid%5D=221&cHash=0d3c4bcc7c

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 84 fois dont 1 fois aujourd'hui

Outre la célèbre phrase de Pascal : « le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas » qui a dit : « le coeur à ses raisons que la raison ignore » ? est-ce Pascal lui-même, ou une reprise …?

Réponse apportée le 05/28/2010  par PARIS Bpi – Révisée le 10/01//2017

 « Le coeur a ses raisons que la raison ignore » est probablement une citation déformée de la phrase de Pascal portrait de Pascal, gravure

Je vous propose d’ailleurs quelques extraits d’oeuvres où on la retrouve sous diverses formes issus de la base de données Frantext.
La base textuelle Frantext comporte 4745 textes en français, édités du 16e au 20e siècle et représentatifs de l’évolution de la langue française. 80% des textes sont littéraires et 20% sont des « ouvrages techniques illustrant les diverses disciplines scientifiques ». Le document ne permet pas la lecture des textes complets, mais il permet de faire des recherches plus ou moins complexes : retrouver une citation exacte et son auteur(e), rechercher les occurrences d’un terme ou d’une expression dans un corpus d’oeuvres sélectionnées ou sur tous les textes de la base, par exemple. Les résultats d’une interrogation donnent les extraits des textes où figurent les mots recherchés, les références précises des documents cités ainsi que le numéro des pages de chaque extrait.L’ajout de nouveaux textes est régulier. Frantext est une base de données payante que vous pouvez consulter dans notre bibliothèque, si vous résidez à Paris et sa région. Frantext est néanmoins accessible à cette adresse dans une version limitée : http://www.frantext.fr

Résultat 1 (Texte du domaine public) S534/PASCAL Blaise/Pensées/1662 Page 251 / PREUVES DE LA RELIGION PAR LE PEUPLE JUIF,, LES PROPHÉTIES ET QUELQUES DISCOURS, SÉRIE II, 397

…si les hommes sont capables de quelque vérité, celle-là l’est. – Je le confesse, je l’avoue, mais encore n’y a-t-il point moyen de voir le dessous du jeu ? – Oui, l’Écriture et le reste, etc. – Oui, mais j’ai les mains liées et la bouche muette, on me force à parier, et je ne suis pas en liberté, on ne me relâche pas, et je suis fait d’une telle sorte que je ne puis croire. Que voulez-vous donc que je fasse ? – Il est vrai, mais apprenez au moins que votre impuissance à croire vient de vos passions, puisque la raison vous y porte et que néanmoins vous ne le pouvez. Travaillez donc non pas à vous convaincre par l’augmentation des preuves de Dieu, mais par la diminution de vos passions ((Note : C’est le coeur qui sent Dieu et non la raison. Voilà ce que c’est que la foi. Dieu sensible au coeur, non à la raison. Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point ; on le sait en mille choses. Je dis que le coeur aime l’être universel naturellement et soi-même naturellement, selon qu’il s’y adonne, et il se durcit contre l’un ou l’autre à son choix. Vous avez rejeté l’un et conservé l’autre ; est-ce par raison que vous vous aimez ?)). Vous voulez aller à la foi et vous n’en savez pas le chemin. Vous voulez vous guérir de l’infidélité et vous en demandez les remèdes, apprenez de ceux, etc..

Résultat 2 (Texte du domaine public) L957/GUÉRIN Eugénie de/Journal (1834-1840)/1840 Pages 285-287 / 1839

… Le 25. -tristesse et communion ; pleuré en *Dieu ; écrit à ton ami ; lu *Pascal, l’ étonnant penseur. J’ ai recueilli cette pensée sur l’ amour de *Dieu, qu’ on aime sans le connaître : Le coeur a ses raisons que la raison ne comprend pas. Bien souvent j’ ai senti cela. Le 26. -quelques gouttes de pluie sur la terre ardente. Peut-être orage ce soir, ramassé par ces vapeurs…

Résultat 3 (Texte du domaine public) L959/GUÉRIN Eugénie de/Lettres (1831-1847)/1847 Pages 348-349 / 1840

Ma pauvre amie, je vous renverse, toujours contraire à vos idées et sensations, presque à vos larmes. La méchante amie que je dois être ! Pouvez-vous m’ aimer ? Non, je ne comprends pas ce que vous trouvez en moi, ma raison s’ y perd. Le coeur a ses raisons que la raison ne comprend pas suivant encore votre ami *Pascal. Que vous me le faites aimer, ce *Pascal ! Je viens de m’ en séparer à regret ; je vois partir un livre avec peine, comme à peu près une visite agréable. Mot d’ autant plus vrai que nous n’ avons de livres qu’ en visite et rarement, tant nous sommes loin des bibliothèques.

 Résultat 4 (Texte du domaine public) K228/BARRÈS Maurice/Mes Cahiers : t. 7 : 1908-1909/1909 Pages 181-182 / CAHIER PASCAL. –

…la religion chrétienne satisfait chez lui les habitudes, tout ce qu’ on peut appeler l’ automate, tout ce qui est formé par l’ éducation et accentué par les générations, bref l’ automate si vous voulez ou mieux encore le coeur. La religion il la trouvait par son inspiration, par le besoin qu’ il en a. Sa raison était éclairée, persuadée, convaincue. Son coeur fut touché. la doctrine du coeur. – *Pascal savait qu’ il y a une manière de prouver et de convaincre par principe et par démonstration. Mais il savait qu’ il y a une autre méthode. Par exemple, disait-il, on ne prouve pas qu’ on doit être aimé en exposant en ordre les causes de l’ amour. *Jésus-*Christ, saint *Paul, saint *Augustin pour nous convaincre s’ occupent de nous échauffer plus que de nous instruire. (*Margival, p. 495.) il a même indiqué la méthode de cette dialectique du coeur. Il en avait suivi les effets. La pensée principale de *Pascal me paraît être : Le coeur a ses raisons que la raison ne connait pas.On le sait en mille choses. Je dis que le coeur aime l’ être universel naturellement et soi-même naturellement, selon qu’ il s’ y adonne ; et il se durcit contre l’ un ou l’ autre à son choix. Vous avez rejeté l’ un et conservé l’ autre : est-ce par raison que vous aimez ? C’ est le coeur qui sent *Dieu et non la raison.

 Résultat 5 (Texte du domaine public) L563/BOURGET Paul/Le Sens de la mort/1915 Pages 277-279 / –

«  », et il commença de la lire en disant sauvagement : – « Enfin, je vais savoir. » Il m’est arrivé, dans ma vie, d’avoir l’affreuse curiosité d’une exécution capitale. Je m’y suis rendu. Je n’y ai pas assisté. Je n’ai vu ni le couteau descendre, ni la tête tomber. Je n’ai pas pu. Mes yeux se sont fermés à cette seconde-là. Une horreur semblable me saisit devant *Ortègue lisant ces pages de désespoir écrites par sa femme, et je détournais mon regard. Lui porter ce coup, je l’avais dû. Le regarder, pendant qu’il le recevait, je ne pouvais pas. J’avais tort. Rien n’était à perdre de cette dernière leçon que me donnait, après tant d’autres, cet homme extraordinaire : celle d’un coeur magnanime, se jugeant, se condamnant, et affirmant ainsi, par sa noble réaction, tout un ordre de réalités niées par son intelligence. Oui. C’était vraiment un pathétique commentaire au mot célèbre : « Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point. » Ce déterministe absolu, en se blâmant de certains actes, reconnaissait, – et il ne s’en rendait pas compte, – l’obligation et la liberté. Ce phénoméniste, pour qui la pensée et le sentiment n’étaient que des accidents, proclamait, – et il ne comprenait pas, – le respect dû par la personne à la personne.

Résultat 6 (Texte du domaine public) L387/BREMOND Henri/Histoire littéraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guerres de religion jusqu’à nos jours : t. 4/1920 Pages 415-416 / CH. 9 éCOLE PT-ROYAL

PASCAL en divise pas moins, comme nous l’ avons longuement montré, suivant, dans ses outrances, d’ ailleurs logiques, l’ enfant terrible du parti, le voyant s’ écarter de plus en plus de la tradition religieuse qu’ il pense défendre, pendant qu’ une philosophie plus haute et qu’ une prière plus profonde, insensiblement le ramènent au catholicisme intégral. A-t-il nettement reconnu dans les derniers mois de sa vie, a-t-il effacé le schisme intérieur que l’ on vient de dire, cela nous paraît presque certain, mais quand il nous faudrait rejeter parmi les fables l’ affirmation ferme, franche, décisive du prêtre qui reçut, à maintes reprises, ses dernières confidences, nous n’ en resterions pas moins persuadés que le meilleur, que le vrai *Pascal est tout nôtre. Il l’ est par tout ce qu’ il y a d’ unique vraiment dans ses pensées ; il l’ est par les principes premiers de son apologétique victorieuse ; il l’ est plus encore par l’ incomparable témoignage qu’ il a rendu à la personne de notre *Christ. Si « le coeur a ses raisons que la raison ne comprend pas », l’ amour de *Pascal pour le rédempteur a sa théologie qui déborde, qui réfute surabondamment les inhumaines spéculations de l’ auteur des écrits sur la grâce.

Résultat 7 (Texte sous droits) K364/MARTIN DU GARD Roger/Les Thibault : Le Pénitencier/1922 Pages 851-852 / LA BELLE SAISON leur aparté.

La pensée qu’ elle avait une maladie de coeur amena assez sottement sur ses lèvres : –  » Le coeur a ses raisons que la raisons ne connaît pas. » elle resta une seconde pensive. –  » que la raison n’ a pas «  , rectifia-t-elle, … »

Résultat 8 (Texte sous droits) S326/SALVAYRE Lydie/La Puissance des mouches/1995 Pages 56-57 / 6

L’histoire du roseau, je savais pas que c’était lui. Ni le nez de Cléopâtre, ça alors !  » Le coeur a ses raisons que la raisons ne connait pas », je pensais que c’était un proverbe. Il n’y a pas d’âge pour apprendre, c’est ça qui est .. »

En complément, vous pouvez visiter l’exposition Pascal, le coeur et la raison à la Bnf| François-Mitterrand 8 novembre 2016 I 29 janvier 2017 voir le communiqué de presse

Eurêkoi – Bibliothèque publique d’information

 

 

Cette question-réponse a été vue 25 083 fois dont 1 fois aujourd'hui

Quels livres, vidéo en ligne, sites web conseillez-vous en vue de préparer des ateliers de philosophie pour enfants de moins de 10 ans ?

Illustration d'Henri Monnier "Monsieur termine sa philosophie

Monsieur termine sa philosophie : [estampe] / Henry Monnier [domaine public], via Gallica

Notre réponse du 07/01/2017

Suite à votre question sur « des ressources pour animer des ateliers philo avec des enfants « , la BMVR de l’Alcazar de Marseille vous répond :
Livres, édition

Ricochet, l’Institut suisse jeunesse et médias propose des sélections thématiques ; pour chaque livre la tranche d’âge est précisée, et vous trouverez des résumes proposés par les éditeurs mais aussi des critiques.
Voici leur sélection sur le thème de la philosophie pour les enfants :
http://www.ricochet-jeunes.org/themes/theme/179-philosophie/page/2
On retrouve dans la sélection de Ricochet toutes les collections importantes de philosophie en édition pour la jeunesse, comme :
les petits Platons, qui publie des livres de philosophie pour les enfants à partir de 4 ans depuis 2010 ; déjà de nombreux titres à leur catalogue qui est disponible sur leur site, https://www.lespetitsplatons.com/
les Goûters philo, collection importante des éditions Milan, généralement à partir de 8 ans ; sur leur site on trouve une petite fiche toute simple (trop simple?!) pour organiser un goûter-philo http://www.lesgoutersphilo.com/
Pour les plus jeunes la série d’albums, ma vie de Grenouille de Kazuo Iwamura aux éditions Autrement jeunesse aborde de savoureuses questions existentielles
Philozenfants (dès 7 ans) et petits Philozenfants (dès trois ans) chez Nathan http://www.nathan.fr/philozenfants/

On peut aussi aborder la philosophie avec les enfants à partir de la fiction, des albums ou contes. On trouve sur les sites des académies de nombreuses ressources sous forme de fiches à usage des professeurs ; vous pouvez aussi consulter les ouvrages d’Edwige Chirouter :

L’enfant, la littérature et la philosophie / Edwige Chirouter, l’Harmattan , 2015
qui aborde les enjeux de la philosophie avec et pour les enfants, en mettant en avant le rôle de la littérature de jeunesse et la façon dont sont prises en compte les questions métaphysiques dans ce type de littérature depuis plusieurs décennies. Elle fait également le récit d’une expérience d’atelier de philosophie et de littérature menée sur trois ans avec un groupe d’enfants en primaire. ©Electre 2015

Ateliers de philosophie à partir d’albums de jeunesse / Edwige Chirouter ; préface de Michel Tozzi, Hachette éducation, 2016 A partir d’une sélection bibliographique et d’un dispositif de mise en réseau d’albums de littérature jeunesse, cet ouvrage propose une progression sur des notions philosophiques et analyse les enjeux de la pratique de la philosophie à l’école primaire. ©Electre 2016

Ateliers philo à la maison : dès 7 ans Michel Tozzi, Marie Gilbert, préface d’Edwige Chirouter, Eyrolles, 2016
Une méthodologie destinée aux parents et 80 activités autour de grands thèmes philosophiques pour apprendre aux enfants à réfléchir, à se construire et à appréhender leur rapport au monde.

Voir le blog d’Edwige Chirouter : http://edwigechirouter.over-blog.com/

Et aussi, d’autres auteurs :
Préparer et animer des ateliers philo : cycle 1 et 2 / Isabelle Pouyau, Retz, 2016
Dix ateliers qui abordent chacun un thème à débattre avec les élèves : des conseils pratiques pour les animer, une description précise du déroulement de ces ateliers et des éclairages sur la façon d’aborder la philosophie à l’école maternelle et primaire. ©Electre 2016

Sur internet
Voir l’article suivant « Philosophie pour les enfants » sur Wikipedia, qui donne des pistes notamment bibliographiques

Pour aborder les notions, penser à l’encyclopédie en ligne VIKIDIA, dont les définitions sont accessibles aux enfants : voir par exemple leur définition de la philosophie

Sur le site des éditions Bayard, on trouve des outils pédagogiques comme cette mallette :
Voilà plus de 7 ans qu’Isabelle Duflocq et Pascaline Dogliani pratiquent des ateliers philo avec les tout-petits, en s’appuyant sur les personnages des P’tits philosophes de Pomme d’Api. Elles mettent à disposition leur expérience et les outils qu’elles ont conçus dans une mallette pédagogique complète destinée à tous les enseignants qui souhaitent faire de la philo dès la maternelle. Entretien avec Isabelle Duflocq.


une revue belge Philéas et Autobule : les enfants philosophes propose en pdf de nombreux dossiers.

Voir un centre de ressources dédié à l’éducation citoyenne, qui comprend de nombreux dossiers pédagogiques : L’atelier philo – Débat philosophique avec les petits 

Voir le travail des « petites lumières » dont le projet « crée en 2014 par Chiara Pastorini, est d’accompagner les enfants dans la découverte de la philosophie de façon ludique, en associant néanmoins la pratique très interactive de l’échange à des références philosophiques classiques ». Atelier de philosophie pour enfants


En vidéo :
Voir les films documentaires : 

Ce n’est qu’un début / Jean-Pierre Pozzi et Pierre Barougier, réal. ; France télévisions 2011
Ils s’appellent Azouaou, Abderhamène, Louise, Shana, Kyria ou Yanis, ils ont entre 3 ans et 4 ans quand ils commencent à discuter librement et tous ensemble de l’amour, la liberté, l’autorité, la différence, l’intelligence… Durant leurs premières années de maternelle, ces enfants, élèves à l’école d’application Jacques Prévert de Le Mée-sur-Seine, dans une ZEP de Seine-et-Marne, ont expérimenté avec leur maîtresse, Pascaline, la mise en place d’un atelier à visée philosophique. Plusieurs fois par mois, assis en cercle autour d’une bougie allumée par Pascaline, ils apprennent à s’exprimer, s’écouter, se connaître et se reconnaître tout en réfléchissant à des sujets normalement abordés dans le système scolaire français en classe de… terminale. Il n’y a plus de bon ou de mauvais élève lors de ces moments privilégiés : juste de tout jeunes enfants capables de penser par eux-mêmes avec leurs mots à eux, plein de spontanéité, de bon sens et de poésie. Et qui font déjà preuve, parfois, d’un incroyable esprit citoyen…
https://www.youtube.com/watch?v=3AleQFT_bIg

Le nom des choses / Boris Van der Avoort, réal. Halolalune Production , 2011
Au sein d’un atelier de philosophie dans des classes d’écoles maternelles et primaires, des enfants, âgés de 4 à 11 ans, s’interrogent sur la relation qu’il y a entre un mot et une chose. C’est à travers des mots d’enfants, que ce film nous questionne sur le rapport qu’il y a entre les mots et la réalité et sur la relation entre les mots et la pensée.

La Pensée confettis / Elisabeth Piermé Boï, réal., Les films à vivre, 2011
L’amour, la mort, les conflits… Voici quelques-uns des sujets abordés librement par Roxane (7 ans), Barbara (11 ans), Noémie et Ulysse (13 ans). Comment vivre sa différence ? Gagner le respect ? Le film propose la restitution de ces échanges, réflexions, avec la complicité bienveillante de la réalisatrice.

En ligne
une intervention d’Edwige Chirouter https://www.youtube.com/watch?v=bSN6M8aRiFo
Comment parler de la mort à travers la littérature de jeunesse https://www.youtube.com/watch?v=7bclvEeiy4s
de nombreux exemples d’ateliers filmés
atelier philo maternelle https://www.youtube.com/watch?v=uQhXxi9ydqY,
CM1 https://www.youtube.com/watch?v=Mf2j-9JeAzA
Présentation du livre de Frédéric Lenoir Philosopher et méditer avec les enfants (Albin Michel) https://www.youtube.com/watch?v=BfbmXu8_Ohk

Cordialement,

EurêkoiBMVR Marseille vous remercie.

Date de création: 14/03/2017 09:32     Mis à jour: 15/03/2017 18:45
 
Cette question-réponse a été vue 24 fois dont 1 fois aujourd'hui

Par quels ouvrages dois-je commencer pour comprendre les travaux de Jung ?

Portrait photographique de Jung

(Ortsmuseum Zollikon) [Public domain], via Wikimedia Commons

 Je n’ai aucune connaissance en psychologie et j’aimerais bien commencer par la base, mais son œuvre a l’air complexe, riche, et pas forcément abordable sans aucune connaissance préalable. Merci.

Réponse apportée le 02/11/2014  par PARIS Bpi – vérifiée et augmentée le 29/12/2016

Il est difficile de faire de la recommandation sur un auteur sans connaître un minimum sur ses œuvres. Pour ma part je peux vous proposer un livre qui est une anthologie qui regroupe donc l’essentiel des textes de Carl Gustave Jung.
C’est un bon début pour découvrir la pensée de cet auteur.
Voici le titre de cet ouvrage : L’âme et la vie

Voici quelques vidéos proposées par le réseau social de lecteurs Babelio, utiles pour mieux cerner cet auteur :
http://www.babelio.com/auteur/Carl-Gustav-Jung/12374/videos

A partir de notre catalogue , voici les titres d’ouvrages de base sur la pensée de Jung en psychanalyse, disponibles en libre accès à la Bpi :

Le vocabulaire de Jung 
Paris : Ellipses, impr. 2005, Collection : Vocabulaire de…
Présente les principaux termes dans lesquels s’exprime Jung, par ordre alphabétique et selon trois niveaux : une définition de base, une approche scientifique ainsi qu’une approche plus libre permettant d’éclairer chaque notion d’un système ayant pour objet d’étude l’âme humaine.
Niveau 2 – Philo, psycho, religions –
153 JUNG 2 – Disponible

100 % Jung 
 Thibaudier, Viviane
Paris : Eyrolles, impr. 2011, Collection : [Concentré de psy]
Toute la pensée de Carl Gustav Jung réunie dans un ouvrage qui présente notamment ses réflexions sur l’inconscient, l’extraversion, l’introversion, l’anima, l’animus, l’ombre, le soi et l’individuation. Assorti d’un éclairage sur l’impact que les théories du psychanalyste peuvent avoir sur chacun d’entre nous.
Niveau 2 – Philo, psycho, religions –
153 JUNG 2 – Disponible

Trouvé sur internet des articles sur la pensée philosophique de Jung comme :

Quelques mots sur Jung et la psychologie jungienne Archétypes, inconscient collectif, individuation, 2008 par Anna Griève, à lire sur Adéquations.org 

Cordialement,
Eurêkoi – Bibliothèque publique d’information

Cette question-réponse a été vue 1 761 fois dont 1 fois aujourd'hui

Etudiante en arts appliqués je recherche un ouvrage philosophique questionnant les notions d’espaces , de délimitations, de bords, de déplacements

couverture du livre Espace et lieu dans la pensée occidentaleNotre réponse du 18/12/2016

Vous pouvez commencer par consulter un dictionnaire de philosophie comme  le Dictionnaire de la philosophie (Ed. Encyclopaedia universalis, ed 2006) qui propose un article Espace de deux pages signé Hubert Faes.

La notion d’espace occupe une place importante dans Etre et temps d’Heidegger.
Il est disponible à la Bpi, au niveau 2 de la bibliothèque, à la cote 1″4″ HEID 1
(Notez qu’un numéro des Temps Modernes publié en 2008 fut consacré à Heidegger et l’idée de lieu est accessible en open access via Cairn : https://www.cairn.info/revue-les-temps-modernes-2008-4.htm)

– Les philosophes Chris Younès et Thierry Paquot ont publié deux ouvrages faisant un point sur la notion d’espace en philosophie qui vous permettront d’avoir une vue d’ensemble sur les théories développées au fil du temps :
Espace et lieu dans la pensée occidentale : de Platon à Nietzsche
Editions La découverte, 2012
Disponible au niveau 2 de la bibliothèque, à la cote 115.3 ESP
Permalien vers le catalogue de la Bpi : http://portailbpi.ck.bpi.fr/permalien/document?doc=1097664%3B5%3B0

Le territoire des philosophes : lieu et espace dans la pensée au XXe siècle
Editions La découverte, 2012
Disponible au niveau 2 de la bibliothèque, à la cote 14 TER
Permalien vers le catalogue de la Bpi : http://portailbpi.ck.bpi.fr/permalien/document?doc=897030%3B5%3B0

Pradeau Jean-François. Des conceptions de l’espace. In: Espaces Temps, 62-63, 1996. Penser/figurer. L’espace comme langage dans les sciences sociales, sous la direction de Jean-François Pradeau. pp. 50-58.
DOI : 10.3406/espat.1996.3987  http://www.persee.fr/doc/espat_0339-3267_1996_num_62_1_3987

Cette notion a fait l’objet d’un article de l’encyclopédie Wikipedia : Espace (philosophie), voir la bibliographie.
J’espère que ces suggestions vous aideront dans vos recherches.
Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 26 fois dont 1 fois aujourd'hui

Je cherche des écrits et oeuvres de designers, artistes, architectes qui travaillent ou ont travaillé sur la modification de la structure par ajout de matière.

couverture du livre Le matiérisme dans la peinture des années 80D’habillement de la structure interne pour la cacher et tromper celui qui regarde. Je cherche dans un deuxième temps des ouvrages littéraires, philosophique, artistiques, de design sur la continuité et la discontinuité.

Notre réponse du 14/12/2016

En faisant une recherche, j’ai finalement trouvé des réponses qui peuvent vous intéresser. Il me semble que votre recherche se relie au courant du Matiérisme.
« Son caractère principal est celui d’une peinture abstraite utilisant divers matériaux non traditionnels ajoutés sur la toile conservée comme support principal de l’œuvre et traitée en épaisseurs et en empâtements à l’aide de blanc de zinc, de carbonate de chaux ou d’huile polymérisée, tels que sable, gravier, plâtre, cire, goudron, haillons, bois, ficelles morceaux de verre, de ferraille, éléments botaniques, animaux, etc. En plus d’ajouter ces matériaux atypiques, le peintre peut triturer la surface de la matière picturale à l’aide de divers instruments ou à mains nues en laissant des traces de grattage, d’incisions, voire d’empreintes d’objets à motifs géométriques ou non, tels que moule à gâteau, porte-savon ou serpillière, etc., ou en utilisant des vernis produisant des effets de ramages, de crevasses et de craquelures ou bien agir sur le support en le détruisant en partie à l’aide de coupures, de perforations, de déchirures et de brûlures. Les couleurs peuvent être variées et la composition différencier les zones avec ou sans ajout de matière. »

Cet article Matièrisme de wikipédia propose une liste des artistes qui relèvent de ce courant.

Ce blog  d’art contemporain (Le Monde) La peau de l’Ours vous intéressera également,  il comporte de nombreuses références dont celle-ci : La belle impasse de l’art informel

Cet article  vous propose une analyse très complète portant sur la modulation du « corps de la matière par exemple par l’ajout de médiums variés. » Vous trouverez dans les notes des exemples d’artistes qui utilisent ces techniques :
Gaëlle Pentier, « Structurer à l’étape de la retouche », CeROArt [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 13 mars 2014, consulté le 10 janvier 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4024

Enfin la Bibliothèque Publique d’Information propose en consultation des ouvrages sur ce courant, par exemple,
Le matiérisme dans la peinture des années quatre-vingt ou plus largement ces ouvrages sur la matière.

Sur le thème de la continuité et la discontinuité je ne peux établir une bibliographie complète, mais voici quelques ressources qui peuvent vous intéresser, trouvées en cherchant dans google « continuité et discontinuité » avec l’opérateur intitle qui cherche dans les titres des pages internet.

  • Cet extrait de livre Bachelard et Bergson : continuité et discontinuité: Une relation philosophique au cœur du XXe siècle en France. Actes du colloque international de Lyon, septembre 2006
    Jean-Jacques Wunenburger, Frédéric Worms, Presses Universitaires de France, 17 sept. 2015
  • Un article  L’homme-interfacé, entre continuité et discontinuité, Auteur Renucci, Franck, Revue Hermes, n°68, 2014, http://hdl.handle.net/2042/58418

Vous pouvez également consulter ce résultat de recherche dans le catalogue collectif Sudoc (Mots sujet) discontinuité continuité | 151 résultat(s)
Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 34 fois dont 1 fois aujourd'hui

je cherche un ouvrage de philosophie qui parle de l’intime, de l’accès à des choses cachées

couverture du livre Ontologie du secretNotre réponse du 14/12/2016

En réponse à votre question voici des livres qui pourront vous intéresser :

Le secret . Philippe Dujardin. 1987.  
Disponible à l’adresse : http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=68628%3B5%3B0

L’intimité. Études rassemblées par Lila Ibrahim-Lamrous et Severyne Muller.  2005.
Disponible à l’adresse : http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=641381%3B5%3B0
Bibliogr. p. 369-375 Réunit des études sur l’intime, ses représentations et ses définitions au XXe siècle dans la littérature, la photographie et le cinéma, ainsi que sur la conception de l’intime dans la société.

Cugno Alain, « L’intime »Études, 12/2003 (Tome 399), p. 621-631.
URL : http://www.cairn.info/revue-etudes-2003-12-page-621.htm

Ontologie du secret, Pierre Boutang, 
Disponible à l’adresse : http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=881041%3B5%3B0

Sémiologie du secret : représentations du secret et de l’intime dans les arts et la littérature. 2004.
Disponible à l’adresse : http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=594578%3B5%3B0

Laugier Sandra, « Le privé, le secret, la vérité »Cités, 2/2006 (n° 26), p. 55-68.
URL : http://www.cairn.info/revue-cites-2006-2-page-55.htm
DOI : 10.3917/cite.026.0055

Ces documents sont diponibles à la Bpi.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 43 fois dont 1 fois aujourd'hui

j’aimerais avoir des informations sur la sublimation

couverture de Le sublime de l'antiquité à nos jours...J’aimerais avoir des d’informations sur la sublimation, qui prendrait dans le cadre de ma recherche plusieurs définitions (phénomène psychanalytique, méthode de transfert textile, phénomène physique…) Serait-ce possible d’obtenir un ensemble de références à ce sujet ?

Notre réponse du 03/10/2016

Voici des références de livres consacrés à la sublimation, couvrant différentes thématiques (psychologie et psychanalyse, religion, arts, littérature…).
Disponible à la Bibliothèque publique d’information
Du sublime
Ouvrage collectif
Editions Belin, 2009
Disponible au niveau 2 de la bibliothèque, à la cote 18 DUS
Présentation de l’ouvrage : « Huit philosophes écrivent sur la notion de sublime, ouvrant une infinité de réflexions et de perceptions sur le temps, le théâtre, l’art, la théologie. Elle permet de creuser la question du don, de la vérité, de la simplicité et de la présentation. »
Plus d’informations : http://portailbpi.ck.bpi.fr/permalien/document?doc=895258%3B5%3B0

Le sublime : de l’Antiquité à nos jours
Baldine Saint-Girons
Editions Desjoncquières, 2005
Disponible au niveau 2 de la bibliothèque, à la cote 18 SAI
Présentation de l’ouvrage : « Le sublime est une expérience majeure où l’homme découvre dans le dépassement des limites le but de son expérience. Ce livre est à la fois une enquête sur la notion du sublime dans la pensée occidentale et un effort pour mettre au jour un point crucial vers lequel convergent les grandes interrogations contemporaines sur l’art, la science, la morale, l’éducation et la politique »
Plus d’informations : http://portailbpi.ck.bpi.fr/permalien/document?doc=663056%3B5%3B0

La psychanalyse à l’épreuve de la sublimation
Antoine Vergotte
Editions du Cerf, 1997
Disponible au niveau 2 de la bibliothèque, à la cote 153 VER
Plus d’informations : http://portailbpi.ck.bpi.fr/permalien/document?doc=303978%3B5%3B0

La sublimation : les sentiers de la création
Editions Tchou, 1997
Disponible au niveau 2 de la bibliothèque, à la cote 153 SUB
Plus d’informations : http://portailbpi.ck.bpi.fr/permalien/document?doc=303637%3B5%3B0

La métaphysique des yogas : essai sur les techniques indiennes de la sublimation
Maryse Choisy
Editions du Mont-Blanc, 1962
Disponible au niveau 2 de la bibliothèque, à la cote 298.13 CHO
Plus d’informations : http://portailbpi.ck.bpi.fr/permalien/document?doc=330474%3B5%3B0

Du sublime : de Boileau à Schiller
Pierre Hartman
Presses Universitaires de Strasbourg, 1998
Disponible au niveau 3 de la bibliothèque, à la cote 81.08 HAR
Plus d’informations : http://portailbpi.ck.bpi.fr/permalien/document?doc=310401%3B5%3B0

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 57 fois dont 1 fois aujourd'hui

« La société peut-elle se passer de l’Etat? »

 
couverture de Panorama des idées philosophiquesJ’anime un café philo dont cette question est le prochain thème. Pourriez-vous me donner des références bibliographiques et des ressources internet sur ce sujet ? d’avance, merci !
Notre réponse du 18/08/2016

Voici une sélection de quelques livres :

Philosophie politique/1 individu et société
Terestchenko, Michel
Hachette supérieur, 2007

Morale et société
Namer, Gérard; Cingolani, Patrick
Méridiens-klicksieck, 1995

Personne et société
Monléon, Jacques de
L’Harmattan, 2007

Le renversement de l’individu possessif: de Hobbes à l’état social
Crétois, Jean-Pierre
Classiques Garnier, 2014

Essai sur l’Etat
Capagrossi, Giuseppe
Editions de la revue Conférence, 2015

La société contre l’Etat: recherches d’anthropologie politique
Clastres, Pierre
Les Editions de Minuit, 2011

Je vous propose aussi une publication plus généraliste mais qui peut s’avérer utile lorsque l’on anime un café Philo:
Panorama des idées philosophiques: de Platon aux contemporains
Russ, Jacqueline
A.Colin, 2013

Sans oublier les classiques :

Le contrat social
Jean-Jacques Rousseau

La République
Platon

La politique
Aristote

Le Léviathan
Hobbes, Thomas

De l’esprit des Lois
Montesquieu, Charles-Louis de Secondat

De la démocratie en Amérique
Tocqueville, Alexis de

Critique de la philosophie de l’Etat de Hegel
Marx, Karl

Je vous communique également les liens vers plusieurs fichiers PDF qui traitent de la problématique qui vous intéresse :
Une société peut-elle se passer d’Etat ? sur le site personnel Ggphilo
Histoire de la sociologie et théorie sociologique Support de cours Olivier Tschannen de l’Université de Fribourg

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 240 fois dont 1 fois aujourd'hui

j’ai buté sur plusieurs termes que je peine à définir : pouvez-vous me dire à quoi renvoient « l’ainséité » et la « talité » ?

 
 
couverture du livre Introduction à la philosophie de NishidaAprès la lecture de Philosophie japonaise (ed Vrin), j’ai buté sur plusieurs termes que je peine à définir : pouvez-vous me dire à quoi renvoient « l’ainséité » et la « talité » ? D’avance, merci !

Notre réponse du 28/06/2016

Les concepts d’ « ainséité » et de « talité » recouvrent la même notion de « connaître les faits tels qu’ils sont, connaître suivant les faits, en abandonnant toutes les fabrications de celui qui connaît».
Ces notions se trouvent dans l’œuvre de Nishida Kitarô, Recherche sur le Bien (Zen no Kenkyû).
En fait, la formule « connaître les faits tels qu’ils sont » nous rappelle spontanément la tathatâ (talité ou ainséité), en laquelle on peut reconnaître la dimension véridique du bouddhisme. Loin d’être « le culte du néant, sa préoccupation principale, et dans le bouddhisme zen en particulier, est d’accéder à la réalité telle qu’elle se présente à nous dans sa vivacité absolue, qui est toujours neuve et évanescente, « en abandonnant toutes les fabrications » qui risquent de codifier cette réalité effective…

Vous en saurez plus en lisant ces deux articles :

Sugimura Yasuhiko, « Le lieu de vérités superposées ? Le lieu du néant absolu selon Nishida Kitarô, entre le philosophique et le religieux », Cités 2/2015
(n° 62) , p. 89-100
URL : http://www.cairn.info/revue-cites-2015-2-page-89.htm.

Grison François, « Ce que nous dit François Jullien : penser l’impensé », Les sciences autrement, Versailles Cedex, Editions Quæ , «Hors collection»,
2011, 168 pages
URL : http://www.cairn.info/les-sciences-autrement–9782759216444-page-123.htm.

 
ainsi que dans cet ouvrage :
 
Introduction à la Philosophie de Nishida
Jacynthe Tremblay
L’Harmattan, 2007

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 102 fois dont 1 fois aujourd'hui

je souhaiterais savoir pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien ?

Si le rien existe c’est alors que c’est quelque chose ; le rien devient alors inexistant…Merci pour vos réponses et bon courage! 

couverture du livre de Bergson Le possible et le néantNotre réponse du 25/06/2016
Votre question est une question de dissertation philosophique, ce qui n’est pas du ressort de notre service. C’est pourquoi la réponse que nous pouvons vous fournir ne développera pas de problématiques philosophiques mais vous propose quelques pistes de lecture pour nourrir votre réflexion :

Le néant : contribution à l’histoire du non-être dans la philosophie occidentale /sous la dir. de Jérôme Laurent et Claude Romano, PUF, 2010

Principes de la nature et de la grâce fondés en raison : Principes de la philosophie, ou, Monadologie /Gottfried Wilhem Leibniz, PUF 2001, en texte intégral sur wikipédia, sur le principe de « Raison suffisante »

Le possible et le réel / Henri Bergson, PUF, 2015

– Un article de Bergson, « L’idée de néant » publié dans la Revue de la France et de l’étranger, accessible librement sur Gallica mais aussi sur le blog de Daniel Pimbe.

Qu’est-ce que la métaphysique ?, conférence de Martin Heidegger, où il analyse le concept de rien, publié dans Question 1, Heidegger, Tel, Gallimard

– une émission de France-culture revient sur cette notion heidegerienne: « Qu’est-ce que le rien ?
Question à laquelle il est peut-être impossible de répondre, car nous parlons toujours « de quelque chose ». Et pourtant le rien, nous l’éprouvons. De l’étant à l’être, de l’angoisse au rien : aujourd’hui, la métaphysique est interprétée par Heidegger ». Avec Philippe Cabestan. A écouter 

Bonnes lectures…

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Cette question-réponse a été vue 104 fois dont 1 fois aujourd'hui