Reconstruction du Temple de Jérusalem, William of Tyre, Histoire d'Outremer

William of Tyre, Histoire d’Outremer. CC0 Public domain, via Bnf

Mais sur « Universalis », je lis également, à l’article « enluminure » que « le Vergilius Vaticanus (Vatican, ms. lat. 3225) [Ve siècle] montre encore des effets de perspective et des fonds d’architectures ». Donc au XVe siècle, a-t-on redécouvert le principe de perspective ou bien l’a t-on perfectionné ? 

Notre réponse du 18/12/2017

Pour creuser la question de savoir si une forme de perspective existait avant la renaissance, voici tout d’abord un contenu succinct et clair avec des exemples provenant d’un travail scolaire (TPE) :
19 février 2009 Notions de perspective avant la Renaissance

Puis vous pouvez consulter l’article de wikipedia : Histoire et évolution de la perspective dont je vous copie les passages concernés : 

Antiquité
Pour représenter un objet développé en trois dimensions sur une surface, il faut inscrire les signes qui le rendent reconnaissable. Cela n’implique pas que l’image soit conforme à une vue depuis un endroit déterminé. Les relations entre les objets peuvent donner lieu à des représentations où c’est le sens, et non la scène, qui fixe leur place.
L’architecte grec Ictinos avait, au ve siècle av. J.-C., conscience de l’effet de la convergence des lignes sur la perception du volume. Les colonnes du Parthénon convergent sur un point situé à environ 2 000 m d’altitude, font paraître le monument plus haut que si elles étaient verticales.
Selon Vitruve, Agatharcos aurait mentionné dans son traité la notion des lignes de fuite issues d’un centre focal unique42 ; pour cette raison, des écrivains et des archéologues comme Karl Woermann (de) ont supposé qu’il aurait introduit la perspective et l’illusion dans la peinture. Après Agatharcos, c’est Pamphilos qui, dit-on, « fut le premier peintre qui étudia toutes les sciences, surtout l’arithmétique et la géométrie, sans lesquelles il affirmait qu’on ne pouvait atteindre à la perfection de l’art ». Pline mentionne aussi, chez Pausias de Sicyone, « l’art supérieur avec lequel il rendit les reliefs sur une surface plane, et, en raccourci, même toutes les formes pleines. » Ces quelques renseignements suffisent à montrer l’intérêt que les peintres grecs du ive siècle av. J.-C. attachaient aux problèmes de la perspective et du raccourci, recherches dont on suit les progrès à travers l’évolution de la céramique apulienne. La peinture antique a presque entièrement disparu. Le trompe l’œil de la salle des masques de la maison d’Auguste au Palatin montre une des rares réalisations peintes avec construction perspective.
Les philosophes persans et arabes reprirent les travaux des philosophes et géomètres grecs. Au xie siècle Alhazen explore les mécanismes impliqués dans les illusions d’optique dans son Traité d’optique dont la traduction en latin au XIIIe siècle puis en italien au XIVe siècle joue un rôle important dans les réflexions des peintres italiens de la Renaissance sur la perspective.

Moyen Âge
Au Moyen Âge, les architectes connaissent des effets de perspective. La répétition avec diminution progressive des motifs ogivaux des entrées des cathédrales, augmente l’impression d’éloignement des portes.
Dans l’ensemble, les artistes et théoriciens comme Villard de Honnecourt se préoccupent plus du sens symbolique, de la lecture de l’image comme rébus, que de l’illusion de la présence du sujet. Pour exprimer la dévotion à la Vierge et la confiance en sa projection, ils peignent le groupe sous son manteau bleu. Les critiques du XXe siècle ont parfois appelé ces principes perspective signifiante, par opposition à la perspective linéaire qui domine désormais les représentations.

Vous pouvez écouter l’entretien de l’historien d’art reconnu Daniel Arasse sur l’invention de la perspective accessible sur la plateforme de France culture
https://www.franceculture.fr/histoire/histoires-de-peintures-l-invention-de-la-perspective

Livres

Enfin, vous pouvez poursuivre en consultant ces ouvrages :

La perspective
Flocon, Albert ; Taton, René
PUF, 2007, Collection « Que sais-je » , 1050

La perspective comme forme symbolique et autres essais
par Panofsky, Erwin
http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=110036%3B5%3B0

L’origine de la perspective par Damisch, Hubert (1928-….), 2012 — Livre
75.02 DAM http://catalogue.bpi.fr/permalien/document?doc=1095258%3B5%3B0

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

poser une question

applications mobiles

Cette question-réponse a été vue 11 fois dont 1 fois aujourd'hui