ombre de 4 personnes, 2 adultes et 2 enfants

CC0 Public Domain, via Pixabay

Notre réponse du 11/12/2017

Je vous propose les références suivantes sélectionnées à partir du portail Cairn de revues de sciences humaines ainsi qu’une sélection bibliographique élaborée à partir des bibliographies de ces mêmes articles :

Chapon-Crouzet Nathalie, « Un nouveau regard sur le placement familial : relations affectives et mode de suppléance », Dialogue, 2005/1 (no 167), p. 17-27. DOI : 10.3917/dia.167.0017. URL : https://www.cairn.info/revue-dialogue-2005-1-page-17.htm
« Force est de constater le peu de travaux sur ce thème en France comme à l’étranger (Durning, 1985 ; Palacio-Quintin, 2001) alors même que l’analyse des relations affectives dans les situations de placement se situe au centre d’un débat sur la place des familles d’accueil, des enfants placés et des parents dans un dispositif de parentalité (Neyrand, 2004). »
La recherche présentée propose de prendre de la distance par rapport aux modèles classiques familiaux en s’ouvrant sur les relations affectives qui se tissent en accueil familial, positionnant les familles d’accueil au cœur de la pluri-parentalité. À partir d’une enquête auprès d’assistantes maternelles de l’aide sociale à l’enfance, nous analysons les relations affectives au quotidien des familles d’accueil à partir d’une approche novatrice des modes de suppléance.

Neyrand Gérard, « La parentalité d’accueil », Dialogue, 2005/1 (no 167), p. 7-16. DOI : 10.3917/dia.167.0007. URL : https://www.cairn.info/revue-dialogue-2005-1-page-7.htm
Le travail avec les parents des enfants placés suppose une nouvelle alliance parents-professionnels, celui-ci devant savoir renoncer à l’autorité incontestée, au confort des savoirs acquis. Le problème semble globalement être le même pour le partenariat avec les familles d’accueil. Quelles places leur offre-t-on dans cet accueil familial ? Leur dicte-t-on des modes de faire, leur impose-t-on un projet dont elles seront simples exécutrices, ou les associe-t-on totalement à une alliance éducative ? Prendre consciences des limites et des insuffisances du système, des carences de la pensée simplifiante, articuler entre eux tous les acteurs, faire des liens entre des entités que notre pensée doit nécessairement distinguer mais non isoler les unes des autres… tels sont les principes de la pensée complexe. Défi que les professionnels de terrain ont à relever.

Séverine Euillet et Chantal Zaouche-Gaudron, « Des parents en quête de parentalité », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°5 | Printemps 2008, mis en ligne le 06 août 2008, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sejed/2703

Relations affectives et parentalité au sein du placement familial
Voici, sur le site de l’INRP, et sur cairn.info deux résumés d’une recherche remarquable de Nathalie Chapon-Crouzet sur la pluriparentalité famille d’origine / famille d’accueil en placement familial.
http://www.philippefabry.eu/formation.php?f=3
1) 1) http://www.inrp.fr/biennale/7biennale/Contrib/longue/7256.pdf
2) 2) Voir la première référence que je vous ai fournie

David Pioli, « Le soutien à la parentalité : entre émancipation et contrôle », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°1 | Printemps 2006, mis en ligne le 23 octobre 2006, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sejed/106

Soutien à la parentalité et protection de l’enfance : continuité ou rupture ?
L’expérience des Réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents
Rapport de stage de recherche post doctorale, ONED, Paris, Juillet 2005
https://www.onpe.gouv.fr/system/files/ao/protection-enfance.pdf

Sélection bibliographique dans les articles cités ci-dessus :

  • BERGER, M. 1995. « Les difficultés à effectuer une séparation », dans Gabel, M. ; Lebovici, S. ; Mazet, P. (sous la direction de), Maltraitance, maintien du lien ?, Paris, Fleurus.
  • CHAPON-CROUZET, N. 2003. Relations affectives et parentalité en situation de placement familial, doctorat en sciences de l’éducation, Université Paris-X Nanterre.
  • CORNEC, J. 1999. « Travailler en professionnel », L’Arc, Revue trimestrielle des placements familiaux, 90.
  • DOLTO, F. ; HAMAD, N. 1995. Destins d’enfants, adoption, famille d’accueil, travail social, Paris, Gallimard.
  • DURNING, P. 1985. Éducation et suppléance familiale en internat, Vannes, CTNERHI, PUF.
  • HOUZEL, D. 1999. Les enjeux de la parentalité, Toulouse, érès.
  • NEYRAND, G. 2004. (avec la collaboration de Dugnat, M. ; Revest, G. ; Trouvé, J.N.) Préserver le lien parental. Pour une prévention psychique précoce, Paris, PUF.
  • OUELLETTE, F.-R. ; CHARBONNEAU, J. ; PALACIO-QUINTIN, E.; JORDAN-IONESCU, C. 2001. Le placement en famille d’accueil : liens familiaux et dynamiques de réseaux, INRS-Urbani-sation, culture et société, Université du Québec, Montréal.
  • PALACIO-QUINTIN, E. 2001. « Les relations d’attachement multiples de l’enfant comme élément de résilience », dans Pourtois, J.P. et Desmet, D. Relation familiale et résilience, Paris, L’Harmattan.
  • SELLENET, C. 2000. « La parentalité, enjeux et perspectives », Le nouveau mascaret, Revue régionale du CREAI d’Aquitaine, Actes des journées d’étude et de formation du 21-22 mars.
  • TOMKIEWICZ, S. 1995. « Le maintien du lien : pourquoi ? », dans Gabel, M. Lebovici, S. Mazet, P. (sous la direction de), Maltraitance, maintien du lien ? Paris, Fleurus.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

poser une question

applications mobiles

Cette question-réponse a été vue 7 fois dont 1 fois aujourd'hui