Où puis je trouver une liste des prisonniers de guerre pour l’année 1939 ?

Photographie d'une colonne de prisonniers français en 1940

Bundesarchiv, Bild 121-0404 / [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Sur Gallica, je n’ai trouvé que l’année 1940-941.

Notre réponse du 09/11/2015 révisée le 09/08/2017 :
Cette page du site Philae.com devrait répondre à votre besoin : Prisonniers français 39-45

La liste mise en ligne fut éditée par le Centre national d’information sur les prisonniers de guerre. Elle comporte les fiches de plus d’un million de soldats français capturés et envoyés en Allemagne. 

Cet article intitulé : Les fiches des soldats français prisonniers en 1939-45 mises en ligne (02 MAI 2008) vous donnera plus de détails sur la liste.

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Date de création: 27/11/2015 11:01     Mis à jour: 27/11/2015 17:04

Chansons et/ou poèmes sur le thème de l’océan

photographie de l'océan

CC0 Public Domain, via Pixabay

Je travaille en tant que documentaliste dans un institut d’éducation sensorielle, accueillant des enfants déficients visuels avec troubles associés. Avec le professeur de musique nous avons choisi d’aborder le thème de l’océan pour la fête de la musique en juin prochain. Cette fête est organisée à destination d’un public d’élèves de niveau primaire. Nous sommes à la recherche de textes de chansons et de quelques poèmes abordant cette thématique, afin d’avoir un spectacle cohérent et enrichissant pour les enfants. Nous envisageons, avec ces différents textes et chants, de raconter une histoire, peut-être une histoire que se rapprocherait de celle du peuplement de l’île de la Réunion. Donc des textes assez faciles d’accès venant d’Asie, d’Afrique et d’Europe (France DOM incluse, bien sûr)[…]
En espérant que vous tombiez sur notre bouteille à la mer et que vous trouviez de votre côté des petits trésors, ma collègue et moi vous remercions par avance !

Notre réponse du 03/09/2015 :
Pour sélectionner des livres de poésie, comptines sur la mer, nous avons consulté le catalogue de la Joie par les livres (Centre national de la littérature pour la jeunesse) – La Joie par les livres est un service du département Littérature et art de la Bibliothèque nationale de France, spécialisé dans le repérage et la promotion d’une littérature jeunesse de qualité
Recherche avancée mer dans « tous les mots de la notice » + poésie, comptines et chansons dans Genre = 42 résultats

  • La mer en poésie – présenté par Pierre Marchand et Vincent Besnier
    Auteur : Marchand, Pierre:1939-2002. Editeur scientifique, Besnier, Vincent Editeur scientifique, Dupire, Alain 205, Ballestra-Puech, Sylvie:1964-….. 205
    Gallimard jeunesse,1998. Collection Folio junior,859, 159 p.
    ISBN : 2-07-051530-3
    Genre : Comptines

  • Mer en poèmes – [illustré par] Michelle Daufresne
    Daufresne, Michelle:1928-….. Illustrateur
    Seuil jeunesse, 2008., 1 vol. (non paginé [24] p.)
    ISBN : 978-2-02-097271-0
    Des extraits de poésie pour décrire et sentir la mer. Chaque évocation de la mer suscite la découverte d’un mot pour lequel l’auteure, en plus d’un poème illustré, propose une courte définition. Avec des textes de Jules Supervielle, Blaise Cendrars, Aimé Césaire, etc.
    Genre : Comptines

  • Petites histoires de la mer – Jean-Max Tixier et Lorthios, Adeline, Illustrateur
    Pluie d’étoiles éd.,1999. Collection Pluie d’étoiles poésie, 47 p. 
    ISBN : 2-913056-04-0
    Genre : Comptines

  • Abécédaire de la mer – Sylvain Rivière
    Devost, Marlène Illustrateur
    Grandir,cop. 1999, Non paginé [25] p. 
    ISBN : 2-84166-109-1
    Genre : Comptines

  • Comptines du bord de mer – texte de Monique Hion et Boucher, Michel
    Gulf stream éd.,impr. 2007. Les P’tites balades, 1 vol. (non paginé [40] p.) 
    ISBN : 978-2-909421-85-8
    Résumé : Vingt-quatre comptines pour découvrir l’univers du bord de mer, les coquillages, les oiseaux, les algues, les crustacés, les oursins et les étoiles de mer, délivrant sur chacun une anecdote ou un secret.
    Genre : Comptines
    Livres d’images

  • Au fil des flots : 29 chansons de la mer – illustrations, Isabelle Chatellard et Stéphane Girel
    Didier jeunesse,impr. 2006, Albums-CD. Description : 1 vol. (57 p.) 
    ISBN : 2-278-056476
    Résumé : Recueil de chansons traditionnelles ou enfantines sur les marins, les voyages en mer, l’océan, ses poissons, etc. Avec les paroles des chansons, leur partition et leur enregistrement sur le CD.
    Notre avis : Notre sélection de l’année !
    Notre Bibliothèque idéale
    Critique : 29 chansons sur la mer, les bateaux, les poissons, les ports… issues d’un répertoire aussi bien traditionnel ( » La Pêche aux moules « ,  » Maman les p’tits bateaux « ,  » Brave marin « à) qu’en passe de le devenir ( » La Baleine bleue  » de Steve Waring,  » La Maman des poissons  » de Boby Lapointe). Tout invite à chanter en famille dans cet ensemble convivial : les chansons (à réponses, à répétitions, à éliminations), l’album qui reprend paroles et lignes mélodiques et l’interprétation – à l’unisson, en solo, en polyphonie – par des femmes, des enfants et de superbes voix d’hommes a capella pour les chants de marins
    Age de lecture : A partir de 3 ans

En dehors de ces ouvrages, on trouve assez facilement sur internet des anthologies thématiques de poésie, par exemple, sur Poética.fr ou mieux adaptée à un jeune public sur le site Documents et liens pour la classe La mer en poésie

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Avez-vous des références sur la figure du héros et son évolution dans le roman jeunesse ?

Figurine du Petit Prince

By Nicholas Wang [CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons

Je voudrais trouver des éléments sur le roman et son évolution dans le roman jeunesse afin de montrer la figure du héros et de l’héroïne dans le roman de société, le roman policier, le roman historique et dans les littératures de l’imaginaire.

Notre réponse du 13/10/2015 de la Médiathèque de l’Alcazar de Marseille – révisée le 28/07/2017

Les éditions l’Harmattan ont fait paraître deux études :

Vous pouvez également trouver des articles en ligne :

Voici d’autres liens :

Cordialement,

Eurêkoi – BMVR de Marseille

Dans quel ouvrage de Baudelaire pourrais-je trouver la citation ci-après? « Le monde va finir… »

portrait photographique de Baudelaire par Etienne Carjat

Étienne Carjat [Public domain], via Wikimedia Commons

Nouvel exemple et nouvelles victimes des inexorables lois morales, nous périrons par où nous avons cru vivre. La mécanique nous aura tellement américanisés, le progrès aura si bien atrophié en nous toute la partie spirituelle que rien, parmi les rêveries sanguinaires, sacrilèges ou antinaturelles des utopistes ne pourra être comparé à ces résultats positifs. ». En vous remerciant !

Notre réponse du 27/07/2017

Pour répondre à votre question, j’ai d’abord cherché dans la base de données Frantext mais sans trouver aucune trace de cette citation.
C’est le nom d’une base de données de textes français : textes littéraires et philosophiques, mais aussi scientifiques et techniques (environ 10%), développée et maintenue au sein de l’ATILF-CNRS (ex INaLF). Elle a été créée autour d’un noyau de mille textes, dans les années 70, afin de fournir des exemples pour le Trésor de la Langue Française. Elle est régulièrement enrichie et comporte près de 5 116 références (décembre 2016). Elle est la seule à proposer des recherches sur des textes qui vont de 950 à nos jours, avec un fonds contemporain particulièrement riche (1 026 textes sont postérieurs à 1950).

J’ai alors cherché dans Wikisource où j’ai trouvé l’extrait que vous citez. La difficulté à retrouver la citation venant probablement qu’il en manque une partie :

« Le monde va finir. [La seule raison, pour laquelle il pourrait durer, c’est qu’il existe. Que cette raison est faible, comparée à toutes celles qui annoncent le contraire, particulièrement à celle-ci : Qu’est-ce que le monde a désormais à faire sous le ciel ? Car, en supposant qu’il continuât à exister matériellement, serait-ce une existence digne de ce nom et du Dictionnaire historique ? Je ne dis pas que le monde sera réduit aux expédients et au désordre bouffon des républiques du Sud-Amérique, que peut-être même nous retournerons à l’état sauvage, et que nous irons, à travers les ruines herbues de notre civilisation, chercher notre pâture, un fusil à la main. Non ; car ces aventures supposeraient encore une certaine énergie vitale, écho des premiers âges.] Nouvel exemple et nouvelles victimes des inexorables lois morales, nous périrons par où nous avons cru vivre. La mécanique nous aura tellement américanisés, le progrès aura si bien atrophié en nous toute la partie spirituelle, que rien, parmi les rêveries sanguinaires, sacrilèges ou anti-naturelles des utopistes, ne pourra être comparé à ses résultats positifs. Je demande à tout homme qui pense de me montrer ce qui subsiste de la vie. De la religion, je crois inutile d’en parler et d’en chercher les restes, puisque se donner la peine de nier Dieu est le seul scandale, en pareilles matières. La propriété avait disparu virtuellement avec la suppression du droit d’aînesse ; mais le temps viendra où l’humanité, comme un ogre vengeur, arrachera leur dernier morceau à ceux qui croient avoir hérité légitimement des révolutions. Encore, là ne serait pas le mal suprême. »

Il s’agit d’un fragment des Fusées « Le monde va finir ». Vous pouvez ces « Journaux intimes » sur Gallica : la Bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. Voir page 36 et 37

Dans un article de Guy Belzane, « Mon coeur mis à nu, livre de Charles Baudelaire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juillet 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mon-coeur-mis-a-nu/
On lit ceci à propos des Journaux intimes :

« C’est en 1887, dans les Œuvres posthumes, que furent publiés pour la première fois, sous l’appellation de Journaux intimes, les trois ensembles de notes rédigées par Baudelaire entre 1855 et 1865 pour Fusées et Hygiène que Jacques Crépet rattache au premier recueil, et 1859-1866 pour Mon Cœur mis à nu. »
[…] « Quant à l’« agitation » métaphysique, qui transparaît à chaque page de Mon Cœur mis à nu, et, plus encore, de Fusées, elle témoigne sans doute moins d’un réel questionnement religieux que, là encore, du combat que mène Baudelaire contre les idéologies de son temps, perçues comme décadentes et médiocres dans leur matérialisme borné. Ainsi, la « théologie » baudelairienne, en particulier l’apologie de la théorie du péché originel, doit-elle se comprendre à la fois comme l’affirmation d’une permanence du Mal (toujours contre la foi dans le progrès), et, du point de vue esthétique, comme l’expression d’une aspiration au sublime ignorée par la modernité.
Ces aspects, souvent débattus, de la pensée baudelairienne, trouvent également leur place dans Hygiène et surtout dans Fusées, dont toute la dernière partie, notamment, est une charge violente contre la modernité et le « communisme » de la démocratie, auquel l’auteur oppose la solitude du poète. Au reste, même si la distinction des trois ensembles peut paraître artificielle (les feuillets étaient rassemblés à l’origine en une seule liasse), leur tonalité diffère sensiblement : plus pamphlétaire dans Mon Cœur mis à nu, plus moraliste dans les deux autres recueils, où la maxime tend à l’emporter sur la note rageuse, et la confession personnelle sur l’imprécation. »

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information

Qui est Antée ?

Combat d'Héraklès et Antée sur un vase grec, ocre sur fond noir

Combat d’Héraklès et Antée Par Euphronios & Euxitheos Jastrow [Public domain], via Wikimedia Commons

Notre réponse du 26/07/2017

Antée était un géant dans la mythologie grecque.

Voici la notice du Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine de Pierre Grimal (PUF, 1951) :

Antée est un géant, fils de Poséidon et de Gaia [la Terre]. Il habitait en Libye (non loin d’Utique, selon Lucain, au Maroc, selon la plupart des auteurs) et contraignait tous les voyageurs à lutter contre lui. Puis, quand il les avait vaincus et tués, il ornait de leurs dépouilles le temple de son père. Antée était invulnérable tant qu’il touchait sa mère (c’est à dire le sol). Mais, Héraclès, lors de son passage en Libye, à la recherche des pommes d’or, lutta contre lui et l’étouffa, en le soulevant sur les épaules.

Vous pouvez lire un article sur Antée sur le site Mythologica.fr.

L’Encyclopaedia universalis propose une interprétation sur les enfants de Gaia qui apporte un éclairage intéressant :

Voici un extrait de l’article sur GAÏA dans l’encyclopédie Universalis (version numérique) disponible à Bpi, où il est fait mention d’ « Antée » :

(…) Dans d’autres théogonies, Gaïa se voit attribuer la maternité de nombreux autres êtres monstrueux (par exemple : Antée, Charybde, les Harpyes, Python, le dragon qui gardait la Toison d’or) : tout ce qui est monstrueux ne peut être aux yeux des Grecs qu’issu de la Terre, du cycle infernal de la vie et de la mort, de la génération et de la corruption, bref de la nécessité ; à quoi s’opposent, en une lutte toujours renaissante, les forces de la lumière et de la liberté, de l’esprit et de l’art, forces porteuses d’un Monde, sur la Terre mais contre elle ; forces par lesquelles l’homme acquiert l’immortalité en brisant le cycle, immortel lui aussi, de la nature, et que magnifient les Olympiens. (auteur) Robert Davreu

Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque Publique d’Information